VOTE À CINQ DOIGTS

Le vote à cinq doigts est une méthode ultra simple pour recueillir des retours d’un groupe. Cette méthode est particulièrement adaptée aux grand groupes et aux rencontres brèves.

 

Pourquoi faire ?

Évaluer l’avis d’un grand groupe en 10 secondes

L’essentiel

Le vote à 5 doigts utilise un geste pour recueillir des retours d’un groupe de manière simple et rapide en début ou en fin de session. Demander aux participants d’exprimer leur niveau d’énergie ou de satisfaction en votant à main (et à doigts) levée.

Tout le monde lève la main en même temps.
5 doigts dépliés représentent le vote maximal, O ou 1 le minimum (d’énergie, d’intérêt, …).

Ce format d'évaluation peu aussi servir à mesurer le consensus autour d’une idée (CONSENSUS À 5 DOIGTS) :

• 5 doigts: Excellente. Voila un super moment. J'y ai eu bcp de plaisir et en plus, ça me donne envie de continuer, de participer, que ça se passe. je suis tout à fait d’accord avec cette proposition, idée, décision;

• 4 doigts: Bonne. Voilà un moment au dessus de la moyenne pour ce type de soirée. Quelques point pourraient être améliorés, mais globalement d’accord,

• 3 doigts: Neutre. Ni pour ni contre;

• 2 doigts: Utile mais pas extraordinaire, ça aurait pu être vraiment mieux. Pas d’accord avec cette idée, il y a des points pour lesquels je ne suis pas du tout d’accord;

• 1 doigt : Inutile. Je n’ai rien appris, juste perdu mon temps et/ou ma motivation. je suis absolument contre. Bref, si vous récoltez une majorité de 1 et 2 pour vos réunions, réagissez !!

Astuces, conseils, points de vigilance:

Poser une question claire se prêtant à une telle évaluation, ou utiliser comme préalable à une discussion plus longue.

Variantes

Informations

Complexité de mise en œuvre: *

Ingrédients: CONVENTION utilise un GESTE pour recueillir des retours (FEEDBACK) d’un groupe de manière simple et rapide.

Matériel: aucun

Taille du groupe: petit-moyen-grand

Durée: De 10 secondes à une minute

D'aprés les métacartes

"Faire ensemble"

Imaginées et conçues par Lilian Ricaud et Mélanie Lacayrouze, et publié sous licence CC-BY-SA